Phnom Penh

Phnom Penh

Pour ce dernier article au Cambodge, voici un mélange d’impressions de ma mère et moi…

Nous sommes à Phnom Penh plusieurs fois durant le voyage : au début, en étape intermédiaire entre Battambang et Kep et à la fin.
Nous en profitons pour visiter différents monuments et lieux de la ville que nous apprécions bien malgré ce que nous avions pu en entendre.

Nous y prenons quelques habitudes, comme des balades le long de parcs, notamment le Wat Botum Park (il y a le Wat Botum, un temple à voir sur le chemin), ou le long de la “Croisette”, une belle promenade pour les piétons le long du Mékong.
Nous faisons d’ailleurs une croisière sur le Mékong en début de soirée, la vue sur la ville est magnifique. Nous ne sommes que 5 sur le bateau !
La pagode d’argent et le Palais Royal sont fermés tout comme le Veal Preah Man Park que l’on peut voir de l’extérieur. Mais il y a bien assez pour les quatre jours (7 nuits) que nous passerons en tout dans la ville.

Déjà comme souvent en Asie, des temples : le Wat Phnom est particulièrement agréable avec la balade à faire autour dans le parc piéton. Nous retiendrons aussi le Wat Ounalom Monastery en bordure de route.

Evidemment les marchés ont la part belle aussi, comme le Marché central de Phnom Penh avec son bâtiment original dont une coupole au centre. Le marché (= psaar) Orussey, n’est pas en reste : il s’agit d’un vaste marché couvert de plusieurs étages, grouillant de monde, animé avec étals d’aliments (il y a même des œufs roses), d’articles pour la maison, de vêtements et de produits électroniques en tous genres… Nous découvrons aussi le marché Kandal, très local mais moins vaste que le marché Orussey. 

Pour le côté historique, la visite du Tuol Sleng Genocide Museum (aussi appelé S21) ne laisse pas indemne… Le musée servait en fait de prison et de lieu de torture pendant le régime de Pol Pot (avant c’était une école). Toute cette période n’est pas si vieille (1975-1979)…
Dans le musée, nous voyons des salles de tortures avec photos des dernières personnes assassinées qui ont été trouvées par les vietnamiens, des baraquements pour les prisonniers dans un autre bâtiment (cellules construites en béton à la hâte à l’étage du bas et micro cellules en bois dans l’étage du haut). C’est étouffant et assez horrible à voir. 
Les photos des prisonniers, les histoires des 5 survivants parmi les quasiment 20 000 personnes passées par cette prison/lieu d’assassinat, les histoires tragiques de certaines personnes dont des étudiants, enfants… nous laissent sans voix. Tous avaient des interrogatoires et des tortures : ils devaient écrire chaque jour leur « confession » jusqu’à ce qu’ils avouent leur « trahison » au régime (des vacanciers étrangers ont même dû dire qu’ils étaient des espions). A la sortie du musée nous rencontrons deux survivants : un des enfants et un qui peignait pour le régime pour survivre. Nous discutons pas mal avec le premier très éprouvé qui a écrit un livre et vient chaque jour ici.

Les découvertes culinaires sont nombreuses : Fish Amok, Som Lor Kor Ko… nous apprécions énormément ces nouvelles saveurs ! Nous achetons aussi des fruits d’ici (ramboutans, longanes…).

Lorsque nous revenons à Phnom Penh à la fin de notre séjour au Cambodge, le mouvement perpétuel de Phnom Penh nous paraît encore plus marqué après le calme de la campagne.
Nous découvrons le musée National du Cambodge, beau bâtiment rouge construit par les Français dans les années 1920 en respectant l’architecture khmère traditionnelle. Une partie des collections provient du site d’Angkor. Avoir fait des visites de temples avant nous permet de mieux profiter du musée. Statues en grès ou en bronze, stèles gravées d’inscriptions en sanscrit et en khmer ancien, colonnes sculptées, la plus longue écharpe tissée à la main du monde, poteries, bijoux, grelots d’éléphants… La salle des bouddhas debout est impressionnante. Il y a aussi un très joli patio avec de magnifiques reliefs et linteaux, des bassins avec une multitude de poissons frétillants… 
Nous découvrons aussi l’île de la soie : explications intéressantes depuis le ver à soie jusqu’au tissage mais certaines tisserandes ont l’air épuisées. Balade à pied dans un hameau où les enfants et leurs parents nous accueillent très gentiment par de grands « hello » mais nous rebroussons chemin une fois de plus à cause de chiens aboyeurs à l’air méchant. Nous voyons des paysans travaillant dans leurs champs, certains abrités par des parapluies, la plupart par de grands chapeaux de paille, une vache et ses petits…
L’aller et retour en ferry est dépaysant au milieu des tuk tuk, mobylettes, charrettes…

Phnom Penh est une ville de contrastes : richesse de certains quartiers et extrême pauvreté dans d’autres. Villas et immeubles modernes et luxueux, malls avec salles de jeux pour clients fortunés, grands magasins versus habitats très précaires et immense marché local à petit budget…. 

Les mêmes inégalités se retrouvent sur les rives du Mékong. Mais toujours demeure le merveilleux sourire des Cambodgiens et la joie des enfants.

 

Informations pratiques :
Paiements à la fois en dollars (pour les sommes à partir d’environ 5$) et en Riel (pour les petites coupures ou pour rendre la monnaie)

  • Logement : Bamboo9 Boutique – 31,75$ la nuit – ensemble familial avec deux chambres et une salle de bains – petit frigo et bouilloire 
  • Transport :
    – environ 5$ en tuk tuk pour l’aéroport

  • Restaurants :
    – BJMA (indien) – environ 5$ le plat
    – Namaste (indien) – environ 5$ le plat
    – Kravanh (cambodgien) – environ 10$ le plat
    – Mama Wong (dumplings, nouilles) – environ 4$ le plat
    – Backyard Café (occidental/cambodgien/brunch/bio) – 10,5$ le brunch avec jus et café ou thé
  • Activités :
    – Wat Phnom : 1$ par personne
    – Croisière : environ 7$ par personne
    – Musée S21 : 5$ par personne
    – Musée National : 10$ par personne
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Danielle et Jean-Louis
9 mois il y a

D’une ville à l’autre, on crois voir la même chose, et pourtant c’est toujours très différent.
On ne se lasse pas, tout est beau et curieux.
Et le côté culinaire fait toujours envie.

Estelle
9 mois il y a

Vos photos nous font bien ressentir les contrastes que vous évoquez….ça donne vraiment envi d’aller voir tout ça de visu !